Mediametrie/Netratings et la fevad ont publié une étude de l’observatoire du consommateur Connecté le 22 septembre dernier, mise en ligne sous forme d’infographie. Elle détaille les points de contact des consommateurs dans leur parcours d’achat et analyse leur complémentarité.

Chiffres : quelles sont les pratiques des consommateurs connectés ?

Tout d’abord il faut noter que le nombre de cyber acheteurs a doublé en 10 ans, passant de 14 millions à presque 35 millions de cyberacheteurs, soit 78% des internautes. Les sites de e-commerce les plus visités sont Amazon et Cdiscount. Suivent Fnac, le seul e-commerçant physique, Ebay et Voyages-Sncf, dans le top 5.

En plus d’être le plus visité, Amazon est le site où les cyberacheteurs achètent en majorité avec presque 60% d’acheteurs. Vente-privée et La Redoute font aussi partis de ce classement, avec respectivement 26% et 23% des acheteurs.

Les sites d’achat les plus recommandés ne sont pas forcément ceux qui génèrent le plus de ventes ou de visites. On retrouve encore Amazon, qui est devancé cette fois par les enseignes de produits de beauté Nocibé et Yves-Rocher. Peut-être que les femmes sont plus sensibles à la recommandation que les hommes ? Booking et Blablacar suivent Amazon avec 38% de recommandations chacun.

La catégorie de produit la plus achetée reste toutefois l’habillement avec 44% des ventes, suivie de la catégorie Voyage et tourisme. La beauté/santé et les produits techniques arrivent en 4ème et 5ème position du top 5.

Le parcours web2store est plus fréquent que le parcours store2web, avec presque 70% d’acheteurs qui se renseignent sur internet avant d’acheter en magasin. Notons que plus de la moitié des mobinautes ont déjà utilisé leur smartphone au sein des boutiques (voir aussi l’article : ÉTUDE – Les Dispositifs à utiliser pour créer du web-to-store et web-in-store). Pour le parcours web2store, il est intéressant de retenir que 35% des cyberacheteurs se sont renseignés en magasin avant d’acheter sur Internet auprès de la même enseigne. Le virtuel et le réel se complètent plutôt bien !

Amazon tire donc bien son épingle du jeu en termes de visibilité et de vente. Il fait également parti des sites les plus recommandés par les internautes. Toutefois, on ne sait pas si les commentaires sont positifs ! Amazon a d’ailleurs était élu enseigne de l’année 2015. Profitez-en ! Un code promo vous permet de faire des économies sur vos futurs achats pour fêter cette distinction.

Les nouveaux comportements d’achats

Cinq tendances se dégagent de cette étude :

1- L’attrait grandissant pour les sites « Marketplace ». Ces sites qui proposent des produits vendus par des professionnels indépendants et des consommateurs, un peu comme sur le Boncoin, intéressent de plus en plus les consommateurs. 32% des internautes ont effectué leurs achats sur ces sites, auprès de professionnels ces 6 derniers mois. Amazon est LE site de la « Marketplace » par excellence et un des pionniers (ouverture de sa marketplace en 2003). 41% des pièces vendues sur Amazon sont réalisées par des acteurs de la marketplace.

2- Les achats de plus en plus réalisés sur des sites ou via des vendeurs étrangers. Le prix affiché en dollars ou en livre ne fait plus peur et n’est pas un frein à l’achat. 45% des internautes sont passés par des plateformes ou vendeurs étrangers depuis la France pour acheter des produits, au cours des 6 derniers mois. Ce n’est pas pour rien que Cdiscount mise sur les vendeurs étrangers pour développer ses ventes sur sa Marketplace (Voir l’article du JDN ici). Une grande campagne de recrutement de vendeurs étrangers a déjà été menée en 2014. Deux axes de développement : des prix plus attractifs et des nouveautés avec la commercialisation de produits non référencés sur le marché.

3- L’accroissement du C2C. Appelé « Uberisation » par les médias, la vente de particuliers à particuliers par Internet est une des plus grosses tendances 2015 qui bouleverse l’économie aujourd’hui. Airbnb, Leboncoin ou encore Blablacar, l’achat de produits ou de services C2C a attiré 70% des internautes au cours des 6 derniers mois, achats et ventes confondus.

4-L’importance de la livraison gratuite. 56% des cyberacheteurs ont payé plus chers pour bénéficier de la livraison gratuite, ces 6 derniers mois. Ce n’est pas négligeable ! Ce service peut donc faire pencher la balance dans l’achat d’un produit, surtout si celui-ci vient de l’étranger.

5-Les UGC du e-commerce. Presque la moitié des internautes ont déjà donné leur avis ou une note sur un produit, un site marchand ou un réseau social/ forum/ blog. 53% des internautes ont aussi recherché des avis ou notes des autres consommateurs pour choisir un produit ou un site. Il faut donc permettre aux internautes de s’exprimer lors de la création d’une plateforme e-commerce, sur le site et sur chaque produit vendu. Ajouter des champs commentaires, un système de notation et les outils de partage sur les réseaux sociaux ou de remontées des commentaires des réseaux sociaux de votre, vous permettra d’accroître vos ventes.

On peut conclure de cette étude que le prix et l’impression de réaliser une bonne affaire conditionnent l’achat sur Internet. Amazon et Cdiscount tirent bien leur épingle du jeu en termes de visites et d’achat, voir même de recommandation pour Amazon. Ils sont bien installés dans le paysage e-commerce français car précurseurs des tendances « marketplace » et de la vente depuis l’étranger. On ne peut pourtant pas dire qu’ils soient des bombes en matière de design ! Ils doivent surtout avoir une ergonomie simple et accessible afin d’accueillir des vendeurs pro indépendants et étrangers voir des particuliers. Surtout, leur design volontairement « cheap » doit le rester pour ne pas donner impression de cherté.

Retrouvez l’infographie de Mediametrie/Netratings sur le Pinterest de Projet UX.

Image : Hans Paul Mösl Junion de The noun project.